Réhabilitations partielles

rehabilitationsLa réhabilitation unitaire

Le remplacement d´une seule dent par un implant évite de mutiler les dents voisines pour faire un bridge. L´implant remplace donc la racine naturelle puis une couronne en céramique vient remplacer la dent naturelle en conservant le même aspect.

 

Conditions

 

Le volume osseux
L´épaisseur minimum d´os pour poser un implant dans de bonnes conditions est de 7mm. Si le volume est insuffisant il faut alors pratiquer des aménagements osseux comme l´expansion, la ROG ou la greffe en bloc. Si l´épaisseur d´os autour de l´implant est inférieure à 1,5 mm on risque la résorption et donc la fuite de la gencive qui entrainerait un échec esthétique.
Dans le sens de la hauteur, nous disposons d´implants de 6 à 17mm. La hauteur nécessaire dépend autant de la qualité osseuse (densité) que des forces qui seront appliquées sur cet implant. Cependant on considère qu´à partir de 8/9mm de longueur on peut mettre en place un implant sans faire d´aménagement osseux.

 

L´espace prothétique et l´axe des dents voisines
Lorsqu´une dent est extraite, l´espace laissé par cette dernière est progressivement occupé par les dents collatérales et antagonistes de manière anarchique. Si la mise en place de l´implant a lieu dans les 6 mois qui suivent l´extraction le mouvement des dents voisines est négligeable.
Plus le temps passe et plus les dents bougent. Passé un certain laps de temps la migration des dents voisines rend l´espace à implanter étroit et asymétrique et peut contre indiquer la pose d´implant sans passer par une préparation orthodontique ou la mise en place de couronnes sur les dents concernées.

 

Les contraintes mécaniques
Dans la zone molaire les forces de compression appliquées aux implants sont 10 fois supérieures aux forces appliquées dans la zone des incisives. Par contre dans la zone antérieure les contraintes de cisaillement et de flexion (forces obliques) sont plus importantes. L´axe de l´implant sera choisi pour absorber au mieux les forces de mastication. Il faut donc que la crête osseuse présente des caractéristiques anatomiques en adéquation avec l´axe idéal du futur implant.

 

Techniques

Dans le cas d´un édentement unitaire plusieurs techniques sont proposées:

  • Technique en 1 temps chirurgical ou 2 temps chirurgicaux
  • Extraction implantation immédiate ou extraction implantation différée

A chaque fois, le choix de la technique ne dépend pas d’une préférence du patient ou de la commodité du praticien, mais de sa faisabilité avec de bonnes chances de succès compte tenu du terrain. Il ne s’agit en aucun cas d’appliquer une technique au risque de mettre en péril la réhabilitation elle-même.

Réhabilitation de plusieurs dents

La réhabilitation d´un groupe de dents se différencie de l´implant unitaire au niveau mécanique. Les facteurs importants sont : le nombre d´implants, l´étendue de l´édentement et sa localisation.

 

La localisation

 

Le secteur antérieur
Les contraintes mécaniques sont limitées mais les contraintes esthétiques élevées. On évite de placer des implants adjacents pour permettre la formation de la papille et favoriser l´esthétique naturelle. En effet, lorsque 2 implants sont contigus, la papille interdentaire reste plus courte qu´entre 2 dents naturelles ou encore entre un implant et un pontique. Dans le cas de la réhabilitation des 4 incisives supérieures on placera seulement 2 implants pour obtenir un meilleur résultat esthétique.

 

Le secteur postérieur
Le problème est inversé, les contraintes mécaniques sont importantes par contre les contraintes esthétiques limitées. Dans ce secteur le maxillaire présente un os de faible densité et une hauteur diminuée par la présence des sinus en haut et par la présence du nerf dentaire en bas. D´autre part les forces masticatoires augmentent quand on se rapproche de l´axe de rotation (articulation), elles sont donc maximales au niveau des molaires à l´endroit ou l´os est le moins résistant. Au niveau des molaires on préfère, pour ces raisons mécaniques, multiplier les implants.

 

 

rehabilitations

L’étendue de l’édentement

Le fait de placer plusieurs implants permet de les réunir pour gagner en stabilité. En unissant au moins 3 implants on crée un polygone de sustentation qui augmente considérablement la résistance mécanique en évitant les mouvements de rotation et de cisaillement. C´est pourquoi le nombre et la répartition des implants sont déterminants pour assurer la pérennité de la réhabilitation. Les vis sont moins sollicitées et les forces transmises à l´os amorties et mieux réparties.

 

Le risque de micromouvements est alors diminué, et l´ostéointégration pourra se dérouler dans de meilleures conditions.

 

La palette des techniques opératoires disponibles est la même que dans le cadre d’une réhabilitation unitaire.

Protocole

protocole classique

  • Scanner
  • Intervention sous anesthésie locale : extraction de la ou des dents concernées s´il y a lieu, mise en place des implants et selon les cas des vis de cicatrisation.
  • Après un délai de 3 mois en général (ostéointégration), prise des empreintes.
  • Réalisation et pose d’une couronne ou d´un bridge provisoire en résine.
  • Pose de la couronne ou du bridge en céramique environ 3 mois plus tard.

En cas de déficit osseux important, nous procéderons dans un premier temps à la reconstruction du secteur déficient. Cette étape préliminaire demandera une cicatrisation osseuse de 4 à 6 mois selon le volume manquant et la technique appropriée choisie.

Pour continuer sur le Web, vous devez accepter les cookies politique. Plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « autoriser les cookies » et donc vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous allez sur le web sans changer vos paramètres de cookies ou cliquez sur « OK » vous aussi donner votre consentement à ce sujet.

Fermer