Chirurgie sans ouvrir

La chirurgie non invasive est aussi appelée chirurgie atraumatique ou chirurgie sans lambeau (chirurgie « flap less » en anglais). Cette technique a pour but de provoquer un traumatisme minimum à l´interface entre l´os et la gencive pour améliorer la récupération post opératoire.

 

dental implants sans ouvrirAvantages

  • Evite le décollement de gencive
  • Le traumatisme est minimum ce qui entraine un remodelage osseux a minima et une bonne stabilité des tissus
  • Améliore le post opératoire car pas de traumatisme
  • Pas de sutures
  • Peu ou pas de saignement
  • Peu d´inflammation

 

Inconvénients

  • Visibilité limitée, travail à l’aveugle
  • Perte de Gencive attachée (GA)
  • Aucune possibilité de retoucher l´os ou de greffer
  • Risque de contamination par du tissu épithélial
  • Risque de souillure de l´implant

 

Technique

Il s´agit de réaliser une incision circulaire (punch) pour éliminer un capuchon de gencive légèrement plus grand que le diamètre de l´implant programmé. Ce type d´incision permet un accès direct à l´os sans avoir à décoller la gencive.

 

Le forage du puits implantaire ainsi que la mise en place de l´implant se font au travers de la gencive. Une vis de cicatrisation est alors mise en place pour guider la cicatrisation gingivale sans aucune suture.

 

Technique conventionnelle

Le tracé d´incision est différent. On pratique généralement une incision en H : l´incision principale est horizontale sur le sommet de la crête suivie de 2 petites incisions latérales (dites de décharge). Cette technique permet de décoller la gencive pour accéder à l´os.

 

L´étendue du décollement dépend de l´intervention prévue au niveau osseux. S´il s´agit simplement de mettre en place l´implant le décollement est minimum. S´il faut retoucher l´architecture osseuse ou ajouter de l´os, le décollement de la gencive sera plus large. Lorsque l´intervention est terminée il faut alors replacer la gencive et la stabiliser par des sutures.

Limites

La technique atraumatique paraît présenter de nombreux avantages. En réalité, elle s´adresse à une minorité de patients car il faut des conditions gingivales et osseuses optimales pour justifier la chirurgie sans lambeau. En effet le choix thérapeutique doit être guidé par l´intérêt du patient à long terme.

 

Au niveau gingival

Il est scientifiquement établi qu´un implant doit être entouré et donc protégé par un volume suffisant de GA pour assurer sa pérennité. Or la quantité de GA est souvent limitée à quelques millimètres, et si l´incision circulaire qui élimine une quantité non négligeable de gencive (environ 5 mm de diamètre) ne permet pas d´avoir une bande de GA résiduelle suffisante, cette technique est alors déconseillée. La technique conventionnelle sera alors indiquée car elle permet de déplacer la GA sans aucune perte voire même de gagner quelques millimètres si nécessaire.

 

Au niveau osseux

Il est préférable que l´implant soit complètement enfoui dans l´os (surtout pour les implants de dernière génération qui présentent un état de surface rugueux sur la totalité de leur superficie). Si l´implant rugueux émerge de l´os et entre en contact avec la gencive le risque de contamination devient très élevé. Il est donc fondamental d´aménager la crête osseuse, si elle présente des défauts, pour permettre le bon enfouissement de l´implant. Or la technique non invasive ne permet pas d´aménager l´os.

 

Dans le cas d´implants unitaires on peut estimer à environ 40-50% des cas réalisables en techniques flapless.

 

Par contre pour les grandes réhabilitations pas plus de 5 à 10% des cas peuvent être traités avec cette technique. En effet les séquelles des traumatismes engendrés par la perte des dents obligent à ouvrir la gencive pour remodeler l´os et donner un aspect naturel en fin de traitement. Il est très fréquent de devoir ajouter de l´os, mettre en place des membranes ou encore greffer de la gencive pour optimiser le résultat.

 

C´est donc un leurre de présenter au patient le flapless comme une technique avancée systématique. Chacune des techniques présente ses indications, et c´est donc le praticien, après avoir établi le diagnostic, qui doit faire le choix de la technique la plus adaptée pour un résultat optimal.

Pour continuer sur le Web, vous devez accepter les cookies politique. Plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « autoriser les cookies » et donc vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous allez sur le web sans changer vos paramètres de cookies ou cliquez sur « OK » vous aussi donner votre consentement à ce sujet.

Fermer